Le pyrogène

Toujours dans la série des objets que je découvre pour habiller mes romans historiques d’une parure de vérité, voici un nouvel élément. Certains d’entre vous l’ont peut-être aperçu dans une brocante ou au fond d’un grenier, sans vraiment savoir à quoi il servait. Il s’agit d’un pyrogène.

Pyrogène mural. Comme je l'explique dans mes romans, il servait à conserver les allumettes.

Comme je vous l’ai dit dans un précédent article, les allumettes telles que nous les connaissons n’ont commencé à être utilisées que vers la fin de la première moitié du XIXe siècle.

Avant, il fallait conserver le feu. On utilisait des allumettes, faites d’une bande de papier roulée sur elle-même ou d’un long copeau issu du rabotage d’une planche, pour transférer la flamme vers les bougies ou vers sa pipe.

On gardait ces allumettes dans un pyrogène, généralement accroché près de la cheminée (mais il en existait aussi à poser sur une table. Ils pouvaient être en métal ou en porcelaine).

Ces objets ont perduré assez longtemps puisque j’en ai vu certains portant des grattoirs. Les fabricants ont dû les incorporer pour pouvoir enflammer les allumettes soufrées.

Voilà, désormais, vous pourrez vous faire une représentation mentale plus précise du mode de vie à cette époque.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *