Bienvenue sur ce nouveau site

Bonjour à tous et bienvenue sur ce nouveau site totalement repensé après un piratage.

L’adresse passe en .net au lieu de .fr et les anciens articles seront rapidement remis en ligne.

Passage sur France Bleu

Bonsoir à toutes et à tous,

Pour infos, je serai mercredi en direct, à 17 h 30 dans « Portraits d’ici » l’émission de David Peron sur France Bleu Vaucluse. Je présenterai le prochain roman de Richard Thorne auquel j’ai largement participé, intitulé : Mort de rire.

Je vous rappelle qu’il s’agit du premier volet d’une série de Cosy Mystery qui se déroule à L’Isle-sur-la-Sorgue (84), dans le milieu de la brocante, of course.

Dans ce premier épisode, un agent immobilier, pas très honnête, meurt au cours d’une séance de rigologie. Crise cardiaque ? C’est la piste privilégiée par les enquêteurs jusqu’à ce qu’ils découvrent que l’homme est mort terrassé par un poison pour le moins inattendu.

La reconstruction faciale pour l’identification des victimes

La reconstruction faciale est une technique cruciale utilisée dans le domaine de la criminologie pour identifier les victimes inconnues. Elle combine l’art et la science pour recréer les traits du visage d’une personne décédée, souvent après des traumatismes graves. Cette procédure peut apporter des réponses aux enquêteurs et aux familles des disparus, offrant ainsi un espoir de résolution.

Processus de reconstruction faciale

La reconstruction faciale débute par l’examen minutieux des restes squelettiques de la victime. Les experts en anthropologie criminelle évaluent les caractéristiques du crâne, de la mâchoire et d’autres os du visage pour déterminer les proportions et les formes originales du visage.
Ensuite, des données spécifiques sont utilisées pour créer un modèle en trois dimensions en tenant compte de facteurs tels que l’âge, le sexe, l’ascendance et d’autres traits distinctifs. Cette étape implique souvent l’utilisation de logiciels spécialisés et de techniques de sculpture manuelle.

Collaboration entre experts

La reconstruction faciale nécessite généralement une collaboration étroite entre des disciplines telles que l’anthropologie criminelle, la médecine légale, la sculpture et parfois même la psychologie. Les anthropologues fournissent des informations sur les caractéristiques osseuses, les médecins légistes aident à interpréter les blessures et les sculpteurs traduisent ces données en représentations visuelles.
De plus, les progrès technologiques ont permis d’intégrer des analyses ADN dans le processus, ce qui peut fournir des informations supplémentaires sur l’identification des victimes.

Importance dans les enquêtes criminelles

La reconstruction faciale joue un rôle crucial dans les enquêtes criminelles en aidant à identifier les victimes inconnues. En recréant les traits du visage, les enquêteurs peuvent diffuser des représentations visuelles dans l’espoir que quelqu’un reconnaisse la personne décédée.
De plus, dans certains cas, la reconstruction faciale peut aider à établir des liens entre des restes humains non identifiés et des personnes disparues signalées, ou même à résoudre des affaires de longue date.

Limitations et évolutions

Malgré ses avantages, la reconstruction faciale présente des limites. Les représentations reconstruites ne sont pas toujours une reproduction exacte de l’apparence d’origine de la victime, mais elles fournissent un point de départ crucial pour les enquêtes.
Cependant, avec les avancées technologiques continues, telles que l’utilisation de la modélisation 3D avancée et l’amélioration des techniques de sculpture, la précision et la fiabilité de la reconstruction faciale continuent de s’améliorer.


En conclusion, la reconstruction faciale est un élément inestimable de la criminologie moderne, offrant un espoir et une résolution aux familles des disparus tout en soutenant les efforts des enquêteurs pour rendre justice aux victimes.

Rencontre d’auteurs

Bonjour à toutes et à tous,

Je serai, le jeudi 1er février 2024 à 20h à la bibliothèque Pierre Vouland de Caumont-sur-Durance, en compagnie d’autres auteurs, pour une rencontre conviviale.

Peut-être aurais-je les premiers exemplaires de « Mort de rire », mon nouveau roman publié sous le nom de Richard Thorne. Tout va dépendre de l’éditeur.

J’espère vous y voir nombreux.